15 septembre 2020

Engagements politiques et sportifs

Odile Chauvet
ancien élue de Mignaloux-Beauvoir (86)
Non classé

Pourquoi cet engagement politique à Mignaloux-Beauvoir ?
(une des quarante communes de la communauté urbaine (4577 habitants), aux portes de Poitiers, du CHU, de l’université, et de nombreuses installations sportives)

Tombée dans la marmite à ma naissance, mon arrière-arrière grand-père, mon arrière grand père, mon père furent Maire, presque 100 ans de mandats à eux trois.

Quant à moi, trois mandats, toujours avec une seule liste de toutes tendances, idéal pour les petites  communes.

J’étais, lorsque le Maire de Mignaloux-Beauvoir est venu me chercher, secrétaire du groupe Politique du groupe d’opposition, j’ai fait 24 ans de cette opposition ! A la mairie de Poitiers, avec de « gros élus », sénateurs, députés, membre du cabinet de Présidents du sénat, deux vice-présidents du Conseil Général, Ministre devenu premier ministre, président du conseil régional deux fois, une parlementaire devenu questeur au parlement européen, un président d’université, un directeur du Futuroscope, et bien d’autres, sans oublier la collaboration avec notre homme fort d’alors du département, René Monory, père du Futuroscope et de son équipe.

Quelle chance ai-je eu de travailler avec de tels élus qui ont toujours eu la gentillesse de me faire participer et de me donner nombreuses responsabilités, toujours d’ailleurs.

J’ai beaucoup appris de toutes ces réunions, rencontres, que d’investissement personnel c’est sûre, mais cela me permet de donner ce que je pense savoir faire et me servir de mon carnet d’adresses pour les autres.

Merci surtout pour la confiance accordée par eux, particulièrement Jean-Pierre Raffarin dès 1978 ainsi que Jacques Grandon, conseiller général de Mignaloux-Beauvoir vice-président de ce même conseil général, mais aussi aux autres élus quelques soit leur appartenance politique. Un élu, est un élu du peuple, respecter la fonction c’est pour moi primordial.

A la commune, au fil des mandats me furent confiées toutes les représentations extérieures :

  • Association des Maires
  • Conseil Départemental
  • 2 syndicats
    • Sorégies (société d’économie de distribution, gaz, électricité avec toutes ces ramifications
    • SIMER (syndicat inter-départemental mixte d’équipement rural)

Combien sont importantes ces représentations communales, non-seulement on participe activement, mais on connait tous les Maires et décideurs.

La représentation conseil d’administration du conservatoire botanique à Bordeaux fût une très belle découverte forte intéressante regroupant tous les jardins botaniques de la Nouvelle-Aquitaine dont celui de l’Université de Poitiers, implanté sur notre commune avec la participation d’élus de notre région.

Bien sûr, le budget municipal, urbanisme, commission locale d’achats, complètent le panel sans oublier ma participation au conseil municipaux de Poitiers et conseils de la communauté urbaine.

Mais je n’oublie pas le grand bonheur que j’ai eu avec l’EREA Anne Franck, implanté sur Mignaloux, notre établissement régional d’enseignement adapté, mitoyen d’un IME.

Là ai-je eu ma plus grande fierté d’élue d’avoir obtenu, avec le Docteur Martine DABAN, conseillère Régionale, députée suppléante d’alors, la destruction et reconstruction de cet établissement qui était un « Pailleron », l’histoire mérite d’être racontée.

Nous étions convoquée au Conseil régional à 9h, le Docteur DABAN dit en arrivant qu’elle était de garde au CHU, le DGS d’alors de Madame Royal accepta de passer notre dossier en premier, elle fît donc une description éloquente, eaux usées, fil électriques cohabitaient sous les salles, douches !! Cloisons, humidités, champignons, odeur. Les détails furent tels que la commission prit en considération notre demande concluant à la destruction-reconstruction, ce qui représentait les ¾ de l’enveloppe prévu pour les établissements de la région Poitou-Charentes, heureusement que notre conseillère régionale était de garde !! Comme quoi, la réussite d’un dossier tient à peu de choses parfois, deux mandats passèrent avant l’inauguration sur le troisième, il y a deux ans, en présence de notre conseiller régionale, très efficace aussi, dévolu à l’EREA, Benoît TIRANT.

Je vous assure que voir tous ces jeunes élèves avec leurs difficultés de toute sortes, sourire et réussir, il n’y a pas que des échecs, c’est formidable, oui c’est possible grâce à l’investissement énorme de la direction, des enseignants et de tout le personnel.

Merci au conseil régional, c’est votre compétence, nous devons avoir des EREA au top, il faut être réaliste pour sauver ces jeunes que la COVID n’a rien arrangé.

Engagements Sportifs :

Là aussi tombé dedans à ma naissance, mon père ayant pratiqué le rugby, puis tennis et chasse avec moi. Le virus étant très vite attrapé, j’ai fait du ski sachant juste marcher, mon père courait derrière moi puis ai fait compétition et enseigné.

Tennis au stade poitevin, joueuse capitaine équipe une, enseignant aussi, puis Paris à la fac de droit Assas Panthéon à l’institut de criminologie, le tribunal pour enfants de Paris où j’ai tout appris et qui me sert beaucoup.

Le sport bien sûr au PUC, l’arbitrage au tennis, en club, devenu arbitre internationale sur vingt ans. J’ai eu un jour l’honneur, le bonheur à Roland Garos aux internationaux d’arbitrer entre autres un double messieurs Jean-Jacques « PEREMI », Louis Leprince-Ringuet contre Pietrangeli Sirola, qui était Mr PEREMI ? Jean-Jacques Chaban Delmas qui était alors premier ministre, maire de Bordeaux, il jouait très régulièrement à ce très haut niveau partout dans le monde selon son agenda.

De retour dans ma ville natale, après 10 ans de Paris, ayant beaucoup  voyagé, tant avec le tennis qu’avec le ministère de la justice, le Président du Stade Poitevin Tennis d’alors, vint me chercher, je rentrais donc au conseil d’administration. Le temps passa, je rentrais à celui du Stade Poitevin Omnisports secrétaire générale, puis un jour de 1999 entrant à l’assemblée générale un journaliste sportif me dit « c’est pour toi, tu vas être présidente » je n’avais rien demandé, en effet ce fut ainsi, les anciens avaient connus mon père ; un de mes prédécesseurs désormais, ce fut une grande émotion pour moi, et je suis toujours Présidente Générale, mais je saurais passer la main en préparant la suite.

Présidente donc d’un club né en 1900 avec un centenaire fantastique au Stade Rebeillau clôturé par un feu d’artifice, 600 personnes à dîner avec tout ce que Poitiers comptait comme personnalités et élus. Désormais 22 sections, 6000 membres. Une section phare, le volley en ligue A pro masculin, le seul club à ce niveau dans notre région Nouvelle-Aquitaine, encore Européen il y a deux ans, et encore cette fin Septembre disputera la finale de la coupe de France à Toulouse, et j’y serais.

De très belles réussites sportives partout, mais que de travail, de suivi au quotidien. Non seulement la gouvernance, mais aussi gérer le premier cas, il y a bien longtemps avec un de nos médecins du club, les problèmes devenus, non pas à la mode, mais dont on parle désormais, sans oublier le rôle de la DDCS.

Comme un Maire Jacques SANTROT, avait décidé avec un de mes prédécesseur que c’est l’omnisports qui devait gérer tous les gros problèmes des sections, je fus servie. Heureusement que j’avais des connaissances s dans le monde du sport avec la DNACG (finances), de la justice, avocats, experts comptables (URSAF), sans oublier les médias, ouf !! Grace à tous, avec les élus de toutes collectivités à mes côtés que je dérangeai sans cesse, je m’en suis sorti et m’en sors toujours, sans oublier les bénévoles bien peu nombreux parfois, mais que de concertations tous ensemble.

En fait il y a des problèmes certes, de gouvernances mais lorsque financier, toujours soucis sur les mêmes lignes budgétaires, mais à décharge, tout est devenu de plus en plus compliqué, textes, lois évoluent sans cesses. Nous devons être assistés par un cabinet d’avocats, d’experts comptables, de l’Etat par la direction départementale de la cohésion sociale et la direction régionale jeunesse et sports

Le comité directeur omnisports reçoit régulièrement sachants, élus des trois collectivités, Etat, DDCS.

Que de temps passé aussi au ministère des sports, réunions diverses, fédérations et autres dont le conseil régional, sans oublier le congrès des maires, oui, non-seulement lieu de rencontres ministres, cabinets, parlementaires, maires, mais participation aux discussions tables rondes, je vous assure que l’année dernière « c’était du sport » posant des questions basiques auxquelles il n’y avait pas de réponses – presque ridicule, car là aussi il faut être sur le terrain, autrement zéro, ce n’est pas avec des mots, des décisions de Paris que l’on gère le sport dans nos clubs, petits ou grands. Les fédérations ne s’occupent que trop du haut niveau, comme le CNOSF comité nationale olympique, tous bien loin de la base, aucune aides tant en conseils que financiers, mais pour augmenter les licences, OK. L’état devrait contrôler les fédérations, leurs gouvernances.

L’ennui c’est que si il n’y a pas de base, il n’y a pas de haut.

Le CREPS de Poitiers, (l’autre CREPS étant à Bordeaux-Talence) fût aussi une grande aventure, je le connaissais pour y avoir fait des stages de tennis en son temps – les chambres n’ont pas changées à part la peinture, mais la reconstruction va se faire très rapidement.

Treize ans au conseil d’administration sur proposition de la direction régionale jeunesse et sport, j’ai contribué et obtenu grâce à l’action immédiate, après mon coup de téléphone à Jean-Pierre Raffarin, ancien premier ministre, à le sauver. Je me souviendrai toujours de son coup de fil avant d’entrer au conseil municipal de Poitiers, il venait aussi de prévenir le Maire. La connaissance des élus, de l’Etat, Ministres, préfets de régions, directeur CREPS, là encore, leur confiance fût majeure.

Puis suis devenue présidente du conseil d’administration nommée pour trois ans par le ministre des sports. Là encore des problèmes de gouvernance, je suis abonnée aux règlements partout où je passe !

Désormais votre conseil régional par son président Alain Rousset, vous élus, êtes les pilotes principaux avec bonheur de cet établissement. Vous remerciant pour votre lourd investissement pour les infrastructures, pour la formation, tant pour les jeunes sportifs tendant vers l’excellence que pour la formation des enseignants et personnels dédiés. Le CREPS de ce fait grâce à vous aussi sera utilisé le plus possible en base arrière des Jeux olympiques, son excellent directeur, avec son équipe, dirige, se bat sur tout, faisant tout évoluer.

La vice-présidence CFA des métiers du sport fut aussi une de mes occupations, l’office municipale des sports de Poitiers, l’Office régionale, la présidence départementale des médaillés jeunesse et sport, et vie associative à la demande de l’Etat (direction départementale de la cohésion sociale à cause de soucis financiers encore et gouvernance).

La fédération des clubs omnisports, Stade Poitevin rentré à la demande de votre vice-présidente aux sports entre autres Nathalie LANZI, elle a bien fait, nous apporte une aide très importante en conseils et actions d’ailleurs nous montons avec eux et les trois collectivités une journée sur les femmes présidentes et dirigeantes de fédérations / clubs.

La fédération profession sports et loisirs en base à La Rochelle dont je suis référente pour la Vienne aide à l’emploi dans le sport, sont autant de mes activités. Toutes se complètent, on apprend partout, et différemment.

Mais une chose est sûre et certaine, si je n’avais pas été élue, jamais je n’aurais pu et ne pourrais régler tous les divers problèmes, j’ai bien vu la différence avant, après.

Le contact avec les élus et leurs services est permanant dans les deux sens, en confiance, je suis à leur disposition, ils viennent à leur demande ou à la mienne à nos comités directeurs du stade poitevin omnisports.

A la Mairie de Poitiers et communauté urbaine, nouvelle gouvernance, avec Léonore Moncond’hui, élue régionale avec vous, qui me reçut très longuement. Pour la première fois il y a une tête différente pour chaque exécutif, mais les deux cabinets sont identiques, heureusement.

Nous nous adapterons tous ensemble nous travaillons sans oublier l’aide constante de la direction départementale de la cohésion sociale, et celle de la direction départementale jeunesse et sport, à Bordeaux à travers son excellent directeur Patrick BAHEGNE que j’avais bien apprécié lors de son passage à Poitiers comme directeur départemental.

A stade poitevin omnisports, tous les présidents de sections, tous ensemble, dirigeants, bénévoles, entraîneurs, pratiquants, formons une excellente équipe de bosseurs sans oublier la convivialité primordiale.

Etre à disposition, remplir son rôle de facilitateur, ne pas compter son temps, ni son argent !! et oui je le dis.

Responsabilité politique – responsabilité sportive : même combat

Le terrain avec trois maîtres mots : Passion (qui n’empêche pas l’écoute) Travail et Servir ensemble le bien commun